"Dieu ne fait rien sans en avertir ses serviteurs les prophètes" (Am 3,7)

"Dieu ne fait rien sans en avertir ses serviteurs les prophètes" (Am 3,7)

Le prophète Amos l'affirme avec force : "Dieu ne fait rien sans en avertir ses serviteurs les prophètes" (Am 3,7) et c'est le cas systématiquement lorsqu'il y a des périodes agitées qui mettent en jeu l'existence ou la survie du peuple de Dieu : il y a de nombreux exemples dans l'histoire biblique comme au temps du Christ et au temps de l'Eglise.

Aux temps bibliques

Abraham est appelé « prophète » car il reçoit des messages venant de Dieu, tout comme Isaac et Jacob. Ainsi, de -1700 à -350, la tradition juive identifie 48 prophètes qui se succèdent et apportent des paroles nouvelles annonçant notamment le Messie à venir, puisque selon le Talmud « tous les prophètes sans exception n’ont prophétisé que pour les jours du Messie » (Talmud, traité Sanhédrin - fol. 99 recto; Sabbat, fol. 63 recto ; Berahhot, fol. 54 verso). Mais ce « ciel ouvert » finit par se refermer. Les Juifs eux-mêmes le reconnaissent : cette période est finie, et il n’y a plus d’annonces prophétiques depuis 2.000 ans.

Les prophètes bibliques ont spécialement prévenu Israël et Juda contre le menace des envahisseurs en appelant à la conversion (Isaïe, Jérémie) et ils ont aussi réconforté le peuple d'Israël pendant l'exil à Babylone, en annonçant de la part de Dieu le terme et la fin de l'épreuve. 

Au temps du Christ

La venue du Messie a été bien sûr spécialement prophétisée et son avènement est aussi annoncé par Jean-Baptiste, le dernier des prophètes de l'Ancienne Alliance.
Le Christ a aussi annoncé la destruction du Temple de Jérusalem, qui est advenue 40 ans après sa mort.
Dès 68, les prophètes de l'Eglise ont prévenu les chrétiens de quitter la ville de Jérusalem et de se réfugier à Pella, ce qui permit la préservation de l'Eglise naissante, comme le rapportent Eusèbe de Césarée et Epiphane de Salamine
On voit aussi des prophètes annoncer l'avenir de la part de Dieu dans les lettres de Paul (cf. Ac 21,10)

Au temps de l'Eglise

Dans les situations difficile, Dieu se manifeste toujours auprès de son peuple :

- Sainte Jeanne d'Arc rapporte à son procès la prophétie qui annonçait à son époque que « La France perdue par une femme sera sauvée par une vierge venue des marches de Lorraine » et c'est bien ce qui est arrivé.

- Saint Louis Marie Grignion de Montfort a prophétisé que le Traité de la Vraie Dévotion à la Très Sainte Vierge Marie qu'il a écrit resterait pendant des années dans le silence d'un coffre et qu'il servirait ensuite à la promotion de cette dévotion qui grandira et qui préparera le règne et le triomphe de Jésus-Christ.

- Saint Séraphin de Sarov a prophétisé la chute du Tsar et la venue du communisme en Russie.
Les apparitions de Fatima ont prophétisé aussi la diffusion des erreurs de la Russie dans le monde, les nations qui en seraient anéanties, le Saint-Père qui aurait à souffrir et le salut qui viendrait par la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie.

C'est encore le cas aujourd'hui et plus que jamais semble-t-il, alors que l'humanité est sous la menace d'armes et de situations qui mettent en jeu sa survie-même.