L'épidémie mondiale du Covid-19 et ses suites prophétisées par plusieurs voix

La pandémie du covid-19 est considérée par beaucoup comme la plus grave crise au niveau planétaire depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale en raison de son ampleur et possibles conséquences non seulement sanitaires mais aussi socio-politiques. Cette évaluation semble partagée par des commentateurs dont les points de vue divergent pourtant radicalement : d'un côté nous avons des partisans d'une "Grande Remise à zéro", idée du fondateur du Forum Economique Mondial Klaus Schwab et de Thierry Malleret, fondateur du Monthly Barometer, qui estiment que "le monde tel que nous l'avons connus au début de l'année 2020 n'est plus, dissous dans le contexte de la pandémie" [1] et que "les possibilités de changement et le nouvel ordre qui en résulte sont désormais illimités". [2] Selon Schwab, "La pandémie représente une fenêtre d'opportunité rare mais étroite pour repenser, réinventer et réinitialiser notre monde" [3]. De l'autre côté nous trouvons des voix qui tire la sonnette d'alarme précisément par rapport à ce "nouvel ordre", voyant dans la pandémie un prétexte pour l'imposition de mesures liberticides et une sorte de dictature globale apparemment bienveillante mais totalitaire, évoquant les dystopies d'Orwell ou Aldous Huxley. Curieusement, voyant les différences abyssales qui les séparent aux niveaux philosophique et religieux, les deux camps s'accordent sur le fait que la pandémie n'est pas une crise sanitaire comme les autres, mais qu'elle marque un véritable changement d'époque qui ne s'explique que très partiellement par le nombre des victimes directes.

Dans ce contexte troublant, les lecteurs de révélations privées se sont naturellement posé la question de savoir si la pandémie avait été prophétisée, par qui, et quelle serait sa signification. Il serait évidemment risqué de vouloir donner une réponse définitive à ces questions, surtout étant donné que des prédictions génériques de l'avènement de diverses maladies et fléaux existent depuis les temps bibliques. Une connaissance rudimentaire de l'Apocalypse et des discours eschatologiques de Jésus (Matthieu ch. 24, Luc ch. 21) suffit par ailleurs pour produire une "prophétie" à ce sujet à partir d'une imaginaire religieuse pré-formée. Il est également vrai que des supposées prophéties sur des actualités internationales pullulent actuellement sur internet, selon lesquelles Dieu le Père, Jésus ou la Vierge Marie nous diraient que ceux qui ont voté pour les Démocrates aux Etats-Unis seraient comme les anges qui se rebellèrent contre Dieu, ou que le Ciel aurait fustigé Joe Biden pour avoir critiqué l'industrie pétrolière dans un de ses discours ! 

Il semble évident que de tels "messages", dont le ton est souvent paranoïaque, ne sont en réalité qu'une projection en termes religieuses de certains croyants qui ont un besoin psychologique d'un ancrage surnaturel pour justifier leurs inquiétudes face à un monde incertain, anxiogène. C'est pourquoi, quand nous voyons des "locutions" qui font référence à des phénomènes de société, y compris la crise sanitaire actuelle, une lecture très prudente s'impose afin d'essayer d'identifier et écarter ce qui semble venir de la seule imagination de leurs auteurs. 

Pourtant, les écrits prophétiques de la Bible, tout comme les mystiques approuvés du passé, peuvent commenter les actualités de leurs temps et la vie des nations (voir notre article sur Berthe Petit et les prophéties des deux Guerres Mondiales). Le fait qu'un "message" touche à un sujet sensible tel que les intérêts géopolitiques, l'influence de la franc-maçonnerie dans les structures gouvernementales et ecclésiales... ou bien la gestion de la crise sanitaire actuelle, n'est pas nécessairement une indication en soi que le message concerné soit dû au seul mécanisme de projection. Souvent, l'indication principale d'une origine purement humaine n'est pas la thématique, mais le ton (celui de certains "messagers" nord-américains ressemble plus aux médias conservateurs tels que FoxNews qu'aux locutions de la Tradition mystique !).

Prédire l'arrivée d'une pandémie globale n'est pas nécessairement une indication en soi d'un charisme prophétique authentique : sinon on devrait ranger un Jacques Attali parmi les prophétes, étant donné qu'il avait déjà parlé très concrètement de la possibilité d'une pandémie et de ses implications radicales au niveau socio-politique en 2009 au moment de l'épidémie de la grippe porcine. Attali base ses propos sur une analyse des épidémies du passé récent et lointain et de leur capacité de générée une "peur structurante" pour l'avenir des sociétés - analyse systémique certes contestable (pour beaucoup de commentateurs, Attali semble prôner l'utilisation d'une crise sanitaire pour des fins d'ingénieurie sociale), mais tout à fait rationnelle, aux antipodes de considérations d'ordre mystique ! [4] 

En essayant de voir si des mystiques généralement considérés comme des voix sérieuses auraient prédit la pandémie actuelle, on constate qu'il y a eu de nombreuses prédictions suggérant que les épidémies à grande échelle (dont le covid-19 ne serait peut-être que la première) feront partie intégrante de la Fin des Temps, que la science aura du mal à les contrer et sera même impliquée dans leur propagation dans le cadre de recherches sur les armes bactériologiques. Citons quelques extraits des messages transmis par Pedro Regis à Anguera au Brésil:

(la Vierge Marie): "La ruine des hommes a été préparée par ses propres mains. Les hommes instruits se sont réunis et ont préparé la destruction en laboratoire." (Message n° 2487, 24 février 2005)

"Les hommes ont préparé le virus de la mort et Mes pauvres enfants connaîtront de grandes souffrances. Il n'y aura pas de barrières pour contrer son avance." (Message n° 2594, 25 octobre 2005)

"Voici les temps des grandes tribulations. Une épidémie se répandra dans diverses nations et Mes pauvres enfants connaîtront une lourde croix." (Message n° 2626, 10 janvier 2006)

"Une maladie viendra et sera pire que tout ce qui a jamais existé. Les hommes seront contaminés et des millions de cadavres seront dispersés partout." (Message n° 2719, 12 août 2006)

Dans les locutions reçues par le moine colombien Agustin del Divino Corazon, co-fondateur de la congrégation des Serviteurs de Réparation aux Sacrés-Coeurs, nous trouvons des messages allant dans le même sens, ainsi que des indications de remèdes naturels là où la science serait impuissante :

(Marie) : "La flamme de l'Amour Saint et Divin se répandra dans le monde entier. La flamme de l'Amour Saint et Divin brûlera pendant les trois jours d'obscurité. La flamme de l'Amour Saint et Divin servira à chasser les épidémies, les pandémies, qui se produiront dans cette fin des temps." (20 juin 2009)

"Ayez une réserve suffisante de l'huile de San José, car une grande épidémie est sur le point de arriver et c'est la médecine de Dieu qui vous guérira. Je vous demande de faire pousser suffisamment de violette; ce sera le seul remède, qui guérira des fièvres très fortes." (30 mars 2011)

"[...] un fléau bien pire que le SIDA s'ensuivra bientôt ; fléau qui causera des ravages à une humanité séparée et éloignée des voies de Dieu ; fléau qui fera tituber de peur beaucoup de personnes qui sont dans le péché mortel ; fléau qui interpellera la science, la menant à une investigation approfondie, car on ne trouvera pas le remède, on ne trouvera pas les moyens de le contrer." (4 septembre 2011)

Les messages donnés à Sulema, voyante salvadorienne habitant au Québec, parlent eux aussi du danger de nouvelles maladies créées à des fins eugéniques :

(Marie): "[...] Regarde, il y a aussi de nouvelles maladies créées par l'homme car on veut réduire l'humaine, on veut la réduire par toutes sortes de moyens, à tout prix, au détriment des innocents. [...]" (1er mars 2011)

Quelle serait la relation entre ces messages et le SARS-Cov2 ? Il est difficile de dire, voyant que pour l'instant les chiffres - certes dramatiques, mais indiquant une létalité qui ne dépasserait pas les grandes épidémies du passé - ne permettent pas de identifier le covid avec "un fléau bien pire que le SIDA" ou une maladie "pire que tout ce qui a jamais existé". Si de tels avertissements prophétiques méritent pourtant d'être pris au sérieux, c'est peut-être parce qu'ils offrent une grille de lecture plus large pour les développements actuels, grille selon laquelle le coronavirus pourrait être le précurseur de maladies beaucoup plus graves dans un avenir proche.

Cependant, dans les dernières années, nous pensons quand même pouvoir identifier au moins trois sources (Eduardo Ferreira au Brésil, Luz de Maria de Bonilla en Argentine et Gisella Cardia en Italie, tous les trois stigmatisés [5]), dont les messages au sujet d'une épidémie sérieuse semblent avoir été suffisamment spécifiques pour suggérer qu'elles ont rééllement prophétisé l'arrivée du covid-19. En plus, la dimension incontestablement prédictive de leurs messages les distingue clairement de supposés messages qui portent la marque de lectures complotistes et qui n'offrent que des commentaires a posteriori. Il est d'ailleurs frappant de constater que, contrairement à ceux qui ont suggéré que la pandémie serait une punition divine directe - souvent dirigée contre les opposants politiques ou ecclésiaux de ceux qui émettent cette hypothèse, ces sources soulignent la responsabilité humaine par rapport à la crise sanitaire. En plus, la lecture globale de la pandémie qui émerge dans ces messages reçus par des voyants à 20 000 km de distance est essentiellement identique.

Peter Bannister

NOTES

[1] "Certains analystes appellent cela une bifurcation majeure, d'autres font référence à une crise profonde de proportions "bibliques", mais cela revient essentiellement à la même chose: le monde tel que nous l'avons connu au début de 2020 n'est plus, ayant été dissous dans le contexte de la pandémie." ("Some analysts call it a major bifurcation, others refer to a deep crisis of 'biblical' proportions, but the essence remains the same: the world as we knew it in the early months of 2020 is no more, dissolved in the context of the pandemic.") Source : https://www.cnbc.com/2020/07/14/coronavirus-must-lead-to-real-change-to-avoid-risk-of-revolutions-wef-founder.html

[2] https://www.agefi.com/home/acteurs/detail/edition/online/article/profiter-de-cette-occasion-sans-precedent-pour-reimaginer-499010.html

[3] https://fr.weforum.org/agenda/2020/06/le-temps-de-la-grande-remise-a-zero/

[4] "L’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que quand elle a vraiment peur : elle met alors d’abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaires tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, elle transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle, et les inscrire dans une politique de santé démocratique.

La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes.

Si elle n’est pas plus grave que les deux précédentes peurs liés à un risque de pandémie (la crise de la vache folle de 2001 en Grande Bretagne et celle de la grippe aviaire de 2003 en Chine), elle aura d’abord des conséquences économiques significatives [...]. Si elle est un peu plus grave, ce qui est possible, puisqu’elle est transmissible par l’homme, elle aura des conséquences véritablement planétaires : économiques (les modèles laissent à penser que cela pourrait entrainer une perte de 3 trillions de dollars, soit une baisse de 5% du PIB mondial) et politiques (en raison des risques de contagion, les pays du Nord auront intérêt à ce que ceux du Sud ne soient pas malades et ils devront faire en sorte que les plus pauvres aient accès aux médicaments aujourd’hui stockés pour les seuls plus riches) ; une pandémie majeure fera alors surgir, mieux qu’aucun discours humanitaire ou écologique, la prise de conscience de la nécessité d’un altruisme, au moins intéressé.

Et, même si, comme il faut évidemment l’espérer, cette crise n’est très grave, il ne faudra pas oublier , comme pour la crise économique, d’en tirer les leçons, pour qu’avant la prochaine, inévitable, on mette en place des mécanismes de prévention et de contrôle et des processus logistiques de distribution équitable des médicaments et de vaccins. On devra pour cela mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial. C’est d’ailleurs par l’hôpital qu’à commencé en France au 17ème siècle la mise en place d’un véritable Etat." L'Express, 7 mai 2009 (texte repris dans Perspectives géopolitiques (Express Roulata, 2012)): https://blogs.lexpress.fr/attali/2009/05/03/changer_par_precaution/

[5] D'autres voix prophétiques ont également eu des locutions ou visions ponctuelles concernant la pandémie (Edson Glauber, Vassula Rydén, Francine Bériault ("La Fille du Oui à Jésus"), la voyante américaine Jennifer, Valentina Papagna (Australie)...). Ce sont néanmoins Eduardo Ferreira, Luz de Maria de Bonilla et Gisella Cardia qui à notre connaissance semblent avoir reçus les commentaires les plus détaillés à ce sujet. Nous parlerons également du prêtre québecois Michel Rodrigue, qui n'a pas directement prédit le nouveau coronavirus, mais plutôt l'arrivée d'un "temps troublé" au niveau mondial selon un calendrier spécifié en avance.