La chute des 2 tours du World Trade Center prophétisée à plusieurs reprises

L'attentat du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center semble avoir été prédit par plusieurs voix prophétiques sérieuses, des années avant l'évènement. On peut certes dire que l'idée d'une attaque contre le WTC était déjà présente dans l'imaginaire du grand public dès 1993, quand quatre islamistes firent exploser près de 600 kg d'explosifs au nitrate dans une camionnette au parking souterrain, faisant 7 morts et 1000 blessés dans une sorte de répétition générale de ce qui va se passer 8 ans plus tard. Par contre, comme nous le verrons, les premières références prophétiques aux Tours Jumelles à New York datent d'avant ce premier attentat.

Vassula Rydén (1988/1991)

Dans les messages à la voyante grecque orthodoxe Vassula Rydén, rassemblés sous le titre La Vraie Vie en Dieu (contestés par certains commentateurs mais qui ont finalement reçu le Nihil obstat et Imprimatur en 2005), nous trouvons le passage suivant, attribué à Jésus, dans l'entrée du 11 septembre 1991, donc 10 ans jour pour jour avant l'attentat :

"Mes Yeux considèrent le monde d’aujourd’hui, nation après nation, scrutant âme après âme à la recherche d’un peu de chaleur, d’un peu de générosité et d’un peu d’amour ; mais très, très peu ont Ma faveur ; très peu se soucient de vivre une vie sainte ; et les jours fuient et les heures sont maintenant comptées avant la grande rétribution ; Mes cités 1 sont devenues celles de prostituées ! impitoyables ! elles sont devenues des citadelles pour les démons ! TOUTES CORROMPUES DE L’INTÉRIEUR, rongées par les vers ! un refuge pour la vipère et le scorpion ! comment ne pourrais-Je pas souffler sur ces renégats Mon Feu Purificateur ?…

(Soudain, Jésus a changé de ton, et après avoir attendu quelques secondes, d’un ton très grave qui m’a terrifiée, Il a dit :)

La terre tremblera et sera secouée ;

et tout le mal édifié en Tours s’effondrera en un tas de décombres et sera enseveli dans la poussière du péché ! au dessus, les Cieux seront secoués et les fondations de la terre seront ébranlées !" 

Lors d'une conférence donnée à Rome en janvier 2002 sur ce message à la lumière des évènements du 11 septembre 2001, Vassula Rydén ajouta :

"avant de recevoir cette prophétie, environ trois ans auparavant, j'avais vu à la télévision un documentaire sur Manhattan (New York), et on voyait la ville depuis l'autre rive de la baie, et alors, j'ai vu ce qui allait arriver le 11 septembre 2001. J'ai vu la fumée et une scène apocalyptique et je me suis entendue dire "et tout cela ne sera plus..." Deux personnes sont témoins de cette prophétie orale." [1]

Maria Esperanza de Bianchini (1992/2001)

En décembre 1992, Servante de Dieu Maria Esperanza de Bianchini (1928-2004), voyante des apparitions approuvées de Betania au Vénézuela, dit à un groupe de pèlerins américains que le World Trade Center sera attaqué, décrivant sa vision de "deux grandes tours avec de la fumée tout autour", selon l'auteur Michael Brown, qui a réalisé un grand nombre d'entretiens avec cette stigmatisée vénézuélienne. Le 25 août 2001, ayant déjà parlé pendant plusieurs mois d'une menace sérieuse pour la sécurité des Etats-Unis, Maria Esperanza dit avoir reçu un message (qu'elle envoya par fax à Michael Brown) disant qu'un "grand évènement" arriverait dans trois semaines ou trois mois et qu'il allait "secouer le monde". Le 11 septembre elle se trouvait près de Manhattan : le lendemain elle parla d'un "lion rugissant" derrière l'attaque ("Osama" signifie "lion"). [2]

Simona Patalano (1995)

Le 8 octobre 1995, Federica Raimondi du journal hebdomadaire italien Epoca publia un reportage intitulé Zaro comme Medjugorje sur les apparitions de Zaro sur l'île d'Ischia dans la baie de Naples, où des enfants disent voir la Vierge à partir de 1994, qui les invite à prier "pour l'humanité en danger". Parmi eux figure Simona Patalano (16 ans), qui raconte son expérience (y compris sa capacité de prier en des langues inconnues tels que l'araméen) : "J'ai vu des gratte-ciel qui s'écroulaient : puis j'ai vu des débris de la Statue de la Liberté et j'ai compris que cela devait être New York". Ces paroles semblent avoir été ignorées par la suite - y compris par la journaliste elle-même, jusqu'au mois d'octobre 2002 où le quotidien Il Golfo la recontacte en lui rappelant son reportage. Federica Raimondi n'avait pas fait le lien entre son entretien avec Simona et l'attentat, mais quand la journaliste du Golfo Isabella Marino lui lit les lignes de son article concernant les Tours, la Raimondi est consternée. Elle se souvient alors de sa visite à Zaro en 1995 :

"C'étaient mes parents, [...] venant tout juste de passer leurs vacances à Ischia, qui me parlaient de cette situation bizarre dont on disait beaucoup sur l'île. Et du fait que tant de personnes allaient dans le bois [de Zaro] pour prier et pour écouter les révélations d'un groupe de jeunes qui disaient voir la Madone. Honnêtement, quand j'ai décidé d'aller voir en personne de quoi il s'agissait, j'étais plutôt sceptique, je pensais que dans la meilleure des hypothèses c'était un cas de suggestion collective. Mais ensuite, mon impression sur place était très différente."

"Je me souviens parfaitement de la scène. [...] Les jeunes bougeaient rapidement leurs paupières, le regard fixé sur le vide. Cette jeune fille Simona était, elle aussi, étrangère à la réalité autour d'elle en ce moment-là. J'étais impressionnée par ce regard fixe. Aucun mouvement pouvait attirer l'attention de ces yeux: même si on avait allumé une flamme, ils ne nous auraient pas suivis. Et déjà cela m'a convaincu que les jeunes n'étaient pas en train de simuler: ils s'influençaient mutuellement, peut-être, mais ils étaient sincères."

"Ses parents étaient également avec elle [Simona], il me semble que le père travaillait à l'auberge. Tout comme moi, ils ont entendu ce qu'elle a dit, stupéfaits. Simona avait une grande émotion et avait réussi à transmettre cet état d'âme à ceux qui l'entouraient. Et parmi les choses qu'elle me dit et que j'ai écrites par la suite, il y avait également cette vision des gratte-ciel, dont j'avais oublié les détails. Par contre, la jeune fille me paraissaient absolument sincère."

"Pour ceux qui ont la foi, il s'agit de visions; d'autres pourraient les qualifier de phénomènes paranormaux. Mais personnellement, je suis convaincue qu'il n'y a pas eu de simulation." [3]

Isabella Marino contacte alors Simona, qui dit qu'elle non plus ne faisait pas la connexion immédiate entre sa vision et l'attaque du 11 septembre :

"Je n'y ai pas pensé tout de suite. Aussi parce que le 11 septembre les tours ont été percutées par les deux avions et se sont écroulées par la suite, tandis que dans ma vision il n'y avait pas d'avions. Mais ensuite, parlant avec d'autres personnes [qui fréquentaient Zaro avec la voyante], nous avons noté le lien qu'il y avait entre les deux scènes et cela nous a frappés."

- Est-ce que les autres ont vu [...] ce que vous avez vu et ce qu'on a mis dans le journal ?

- Non, moi seule j'ai eu cette vision particulière, avec une autre fille du groupe [...]."

- Est-ce qu'il vous semblait que les deux scènes étaient identiques, ou est-ce que les deux images divergeaient en certains détails ?

- Non, nous avons vu la même chose." [4]

Dans le même article, Simona souligne également que la Vierge lui a dit que les choses entrevues dans ces visions - où nous trouvons beaucoup de scènes de violence, guerre et catastrophes naturelles - peuvent être changées par la prière et le jeûne.

Christina Gallagher (1999)

Un quatrième cas très frappant est celle de la voyante et stigmatisée irlandaise Christina Gallagher. Il faut dire que son parcours postérieur a été très controversé, notamment à cause de certaines irrégularités concernant la gestion financière des "Maisons de Prière" fondées par son apostolat en Irlande et aux Etats-Unis. Malgré le soutien de plusieurs théologiens et prêtres, ainsi que des témoignages de guérisons inexpliquées par la science, ses messages - qui continuent jusqu'à nos jours - sont considérés par beaucoup comme étant difficilement recevables. D'un côté on peut constater leur convergence générale avec plusieurs autres sources sérieuses, ainsi que la justesse prédictive de certaines des locutions présentées (notamment un message de 2019 parlant de l'innocence du Cardinal Pell au moment de son incarcération). De l'autre côté, une grande prudence semblerait de mise en raison de leur dureté implacable (surtout visant ceux qui critiquent la voyante et sa mission) qui ne correspond pas toujours à l'équilibre entre miséricorde et justice qui caractérise la tradition mystique plus généralement. Par ailleurs, même si on n'exclut pas la possibilité de l'authenticité essentielle de son charisme, les thèmes récurrents des écrits de Christina Gallagher donnent souvent l'impression que la lecture de théories complotistes circulant sur internet ait pu exercer une influence - même inconsciente - sur la transmission de ses messages récents. Leur évaluation reste donc un exercice délicat.

Par contre, en se limitant au cadre de l'article présent, et sans vouloir se prononcer sur son trajectoire depuis les attaques du 11 septembre 2001, voici deux récits des propos faits par Christina au pied même du World Trade Center le 11 septembre 1999, de la part du Juge Dan Lynch ainsi que de son directeur spirituel, le P. Gerard McGinnity :

(Dan Lynch) : "Ce soir-là, je me tenais sur les marches du Marriott à côté des Tours Jumelles. Je parlais avec la mystique irlandaise Christina Gallagher. Je me lamentais sur le matérialisme de l'Amérique : indiquant les Tours Jumelles, je lui ai dit : "Christina, voilà où l'Amérique met sa confiance : pas en Dieu, mais dans l'argent." Christina a agité son bras dans la direction des Tours Jumelles et a prophétisé : "Dan, tout cela sera détruit." [5]

(P. Gerard McGinnity) : "Le 11 septembre 1999, je me tenais debout à côté de Christina et le Juge Dan Lynch du Vermont sur les marches de l'Hôtel Marriott avoisinant les Tours Jumelles quand elle a prophétisé qu'on allait faire tomber les Tours Jumelles. Deux ans après - le jour même - la vérités de ses paroles a été prouvée quand le catastrophe a eu lieu. Dans un état de choc, le Juge Dan Lynch a téléphoné à Christina afin de lui rappeler les paroles qu'elle avait dites, et plus tard il a parlé en live sur RTE [à la radio irlandaise] pour confirmer ce fait directement." [6]

Le 12 septembre 2002, Christina dit dans un entretien :

"J'avais répondu à un propos fait par le Juge Dan Lynch. Je ne savais rien des Tours Jumelles à part ce que Dieu m'avait donne. C'était un message divin... Dieu est un Dieu d'amour, mais par la faiblesse et la liberté humaine, il y aura de mauvaises actions. S'il y avait plus de prière et de foi dans les foyers de tous les pays du monde, le diable ne pourrait pas être aussi influent dans la vie de tant de personnes. Est-ce qu'elles se rendent compte qu'elles devront rencontrer un Dieu qui est un Dieu de miséricorde mais également de justice?" [7]

NOTES

[1] http://www.vassula.org/1910911V.htm

[2] Voir : https://www.spiritdaily.org/Esperanzabinladen.htm

Plus d'articles (anglais) : www.spiritdaily.org/archive%20pages/Esperanza.htm

[3] Entretien avec Federica Raimondi pour Il Golfo, article d'Isabella Marino, 1 octobre 2002. Source : http://www.madonnadizaro.it/preghiere/34-globale/89-profezie

[4] Entretien avec Simona Patalano pour Il Golfo, article d'Isabelle Marino, 2 octobre 2002. Source : http://www.madonnadizaro.it/preghiere/34-globale/89-profezie

[5] Source : https://jkmi.worldsecuresystems.com/will-the-freedom-tower-fall

[6] Ibid.

[7] Ibid.