Fulton Sheen (1895-1979)

Fulton Sheen (bienheureux, 1895-1979), prêtre américain, a mené de front ministères et engagements très divers. Professeur à l’Université catholique de Washington, évêque auxiliaire de Mgr Spellman, cardinal-archevêque de New-York, conférencier radiophonique pendant 25 ans, et présentateur de télévision, il est nommé en 1966 évêque de Rochester. Le pape Paul VI le nommera archevêque in partibus. S'il n'est pas un visionnaire dans le même sens qu'une Anne-Catherine Emmerich ou Anna-Maria Taïgi, sa lecture des "signes des temps" est néanmoins considérée par beaucoup comme le fruit d'un charisme prophétique, semblant prévoir (quelques décennies en avance) l'évolution de l'Eglise et de la société occidentale à la fin du XXème et au XXIème siècle.

Extraits :

Emission radiophonique "Light Your Lamps", le 26 janvier 1947: "Signes de notre temps".

A partir de maintenant la lutte ne concernera pas des colonies et les droits nationaux, mais les âmes des hommes. [...] A partir de maintenant les hommes se diviseront en deux religions comprises encore une fois comme l'abandon à un absolu. Le conflit du futur sera entre [...] le Dieu qui se fit homme et l'homme qui se fait dieu; entre des frères en Christ et les camarades en l'Antichrist.

Pourtant, l'Antichrist ne sera pas nommé en tant que tel, autrement il n'aurait pas de partisans. [...] Comment est-ce qu'il réussira à gagner des adhérents à sa religion en cette nouvelle époque?

Il viendra déguisé comme le Grand Humanitaire; il parlera de paix, de prospérité et d’abondance non pas comme des moyen pour nous conduire à Dieu, mais comme des fins en soi. Il écrira des livres sur une nouvelle idée de Dieu adaptée à la mode de vie des gens. Il répandra la foi en l’astrologie afin de rendre les étoiles responsables pour nos péchés, non pas notre volonté; il expliquera psychologiquement la culpabilité en termes de sexe réprimé; il fera de sorte que les hommes se recroquevilleront de honte si leurs paires leur disent qu’ils ne son ouverts et libéraux; il identifiera la tolérance avec l’indifférence envers le bien et le mal; il encouragera les divorces sous le pretexte qu'une nouveau partenaire soit « vital »; il augmentera l’amour de l’amour et diminuera l’amour pour la personne; il invoquera la religion afin de détruire la religion; il parlera même du Christ et dira qu’il était le plus grand homme qui eût jamais vécu; sa mission, dira-t-il, sera de libérer les hommes de l’esclavage de la superstition et du fascisme sans jamais les définir. Mais au milieu de tout son amour apparent pour l’humanité et de son discours facile de liberté et d’égalité, il aura un grand secret qu’il ne révélera à personne: il ne croira pas en Dieu. Puisque sa religion sera la fraternité sans la paternité de Dieu, il trompera même les élus. Il établira une contre-église qui singera l’Église car lui, le diable, singe Dieu. Elle sera le corps mystique de l’Antéchrist qui, dans toutes ses dimensions externes, rappellera l’Église comme corps mystique du Christ.

 

Position de l’Église :

Son procès de béatification a été ouvert le 29 septembre 2003. Le 28 juin 2012, Benoît XVI signait le décret reconnaissant ses vertus héroïques. Le miracle ayant permis sa béatification (à propos duquel les médecins ont déclaré en 2014 l’absence totale d’explication naturelle) est rarissime : un bébé mort à la naissance est revenu à la vie après que ses parents aient prié Mgr Sheen d’intercéder.    

Voir : Thomas C. Reeves, America’s Bishop : The Life and Times of Fulton J. Sheen, Encounter Books, 2001 ; Kathleen L. Riley, Fulton J. Sheen : An American Catholic Response to the Twentieth Century, Alba House, 2004.