Soufanieh (1982-2014) : l'unification de la date de Pâques"

Présentation :

Née en 1964 au Liban, Myrna Al-Akhras, chrétienne de rite greco-catholique, se marie au printemps 1982 à Nicolas Nazzour, orthodoxe coiffeur de formation. Ils habitent le quartier populaire de Soufanieh à Damas en Syrie.  Le 22 novembre 1982 un liquide huileux coule des mains de Myrna, puis cinq jours plus tard, le couple remarque un liquide semblable en train de couler d'une icône de la Vierge et l'Enfant de Kazan (image très célèbre dans le monde orthodoxe) achetée par son mari en Bulgarie. Myrna reçoit une première locution : "Ma fille, Marie [Myrna], ne crains pas, je suis avec toi. Ouvrez les portes, ne privez personne de ma vue." La Vierge lui apparaît le 15 décembre 1982 ; le lendemain, la musulmane Raquillé Kelta prie devant l'icône et guérit subitement d'une paralysie de sa main. Entre le 28 octobre 1983 et le 26 novembre 2001 Myrna aura trente-cinq extases ainsi que des stigmates (examinés par l'archevêque grec-orthodoxe Mgr Stéphanos Haddad et par de nombreux médecins et chercheurs, dont le neurologue français Philippe Loron). Elle dit également recevoir des messages de Jésus et de la Vierge Marie qui continueront jusqu'en 2004, avec un dernier message en 2014.  

Les événements de Soufanieh ont un caractère oecuménique dans la mesure où c'est Nicolas Nazzour, orthodoxe, qui a acheté l'image de Notre-Dame de Kazan qui a suinté de l'huile (comme beaucoup d'icônes dans le monde orthodoxe), tandis que c'est son épouse Myrna qui a eu les apparitions, stigmates et messages. Les guérisons de plusieurs musulmans apportent par ailleurs une dimension interreligieuse (un peu comme les apparitions - silencieuses - de Notre-Dame de Zeitoun au Caire (1967-1970), saluées par de très nombreux musulmans ainsi que par les chrétiens égyptiens).

Extraits : 

La nécessité de retour à l'unité des chrétiens est le thème principal souligné dans les messages transmis par Myrna Nazzour :  

(Marie) : "[...] L'Église est le Royaume des Cieux sur la terre. Qui l'a divisée a péché, et qui s'est réjoui de sa division a péché. Jésus l'a bâtie, elle était petite; et quand elle a grandi, elle s'est divisée; et qui l'a divisée n'a pas l'amour en lui. Rassemblez. Je vous dis: priez, priez, et priez. Qu'ils sont beaux Mes enfants à genoux, implorant. Ne craignez pas, Je suis avec vous. Ne vous divisez pas comme le sont les grands. Vous, vous apprendrez aux générations LE mot d'unité, d'amour et de foi. [...]" (24 mars 1983)

Ces messages comportent notamment un appel spécifique à l'unification de la date de Pâques (tout comme dans les écrits de Vassula Rydén (Eglise grecque orthodoxe) ou Marie-Claire Liberatore ("Fille du Soleil", catholique)). Cet appel est appuyé au niveau phénoménologique par le fait que, avec l'exception de sa première stigmatisation en 1983, les stigmates de Myrna se sont ouverts les années quand les chrétiens occidentaux et orientaux partageaient cette même date, comme en 1990. Un message de cette année pourrait être interprété comme offrant une explication de ce rythme inhabituel, suggérant que le Ciel ne soit pas indifférent à la prolongation effective de la Passion du Christ par le décalage des calendriers liturgiques de l'Orient et l'Occident : 

(Marie) : "Dis à Mes enfants: “Veulent-ils voir et se rappeler les blessures de Mon Fils en toi, oui ou non?” S'il leur est facile de te voir souffrir deux fois, Moi Je suis une Mère, et il ne M'est pas facile de voir Mon Fils souffrir de nombreuses fois. Sois en paix, sois en paix, Ma fille. Viens pour qu'Il te donne la paix, afin que tu puisses la répandre parmi les hommes. Quant à l'huile, elle continuera à se manifester sur tes mains pour la glorification de Mon Fils Jésus, quand Il le veut et où que tu ailles, car Nous sommes avec toi et avec quiconque souhaite que la fête (de Pâques) soit unifiée." (26 novembre 1990)

En 2001 - autre année de la célébration commune de la Fête de Pâque par les Eglises occidentales et orientales, le Pape fait un appel lors d'une célémonie oecuménique à la cathédrale grecque-orthodoxe de Damas à l'unification "sans délai" du calendrier pascal . Un message reçu quelques mois plus tard par Myrna Nazzour souligne l'importance capitale de l'unité "autour de l'autel", mais aussi la menace de la division à l'intérieur de l'Eglise : 

(Jésus) : "Qu’elle est belle la famille dont la devise est l’unité, l’amour et la foi. Son chemin est le Mien et Ma Mère, son soutien. Mes enfants, Je M’offre Moi-Même à vous. L’acte d’adoration, la méditation, l’action de grâce et l’accompagnement spirituel me réjouissent, mais ils ne trouvent leur perfection que par votre unité autour de l’autel. Je vous offre Mon Corps et Mon Sang en gage de Ma Fidélité et de Mon Amour. Acceptez de Moi ce sacrement avec confiance et foi. Ce sacrement vous console, vous donne force et sagesse et vous donne un surcroît de grâces. Des jours difficiles vous attendent, des troubles à l’intérieur de l’Église. Celui qui ne jouit pas de la paix véritable, la division constitue pour lui un danger. Ne vous laissez pas aller à l’échec." (26 novembre 2001)

En 2004, devant plusieurs théologiens, Myrna transmet un message de Jésus qui identifie l'Orient comme source du renouvellement spirituel (thème que nous retrouvons également dans d'autres sources telles que La Vraie Vie en Dieu de Vassula Rydén ou les messages à Debora Marasco (Manduria)). Des paroles qui impliquent très clairement la décadence de la civilisation occidentale :

(Jésus) : "Mon dernier commandement pour vous: Retournez chacun chez soi, mais portez l'Orient dans vos cœurs. D'ici a jailli à nouveau une lumière, dont vous êtes le rayonnement dans un monde séduit par le matérialisme, la sensualité et la célébrité au point qu'il en a presque perdu les valeurs. Quant à vous, préservez votre authenticité orientale. Ne permettez pas que l'on vous aliène votre volonté, votre liberté et votre foi dans cet Orient." (Samedi Saint, 10 avril 2004)

Dix ans plus tard, Myrna reçoit un message de consolation divine par rapport aux terribles souffrances résultant de la guerre en Syrie, blessures qui sont le reflet de celles du Corps du Christ : 

(Jésus) : "Les blessures qui ont saigné sur cette terre, sont celles-là mêmes qui sont dans Mon corps, parce que la cause et l’auteur sont le même. Mais ayez confiance, leur sort est semblable à celui de Judas." (Jeudi Saint, 17 avril 2014)

Position de l'Eglise : 

Un centre "Notre-Dame-de-Soufanieh" pour l’unité des chrétiens et le dialogue inter-religieux a été inauguré le 15 octobre 1999 à Rome (via Aurelia) en présence de Myrna Nazzour par l'Archevêque Luigi Accogli (1917-2004), ancien nonce apostolique en Syrie.

Plus d'informations : 

Traduction française de l'ensemble des messages: https://www.soufanieh.com/FRANCAIS/20180202.can.fra.messages.mis-a-jour.pdf

Sommaire des guérisons : 

https://www.soufanieh.com/MEDICAL/sommaire.des.guerisons.pdf

Entretien avec le Dr Philippe Loron (2001) :

https://www.youtube.com/watch?v=YlZZexteoxc

Développements actuels concernant l'unification de la date de Pâques: 

https://www.cathobel.be/2021/03/orthodoxes-et-catholiques-vers-une-date-de-paques-commune/ (proposition de l'archevêque orthodoxe Job Getcha de Telmessos, chef de la Mission permanente du Patriarcat œcuménique de Constantinople auprès du Conseil œcuménique des Eglises (COE)).

mospat.ru/fr/news/86945/ (réaction du Métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou)