Alois Irlmaier (1894-1959) : "3 jours de ténèbres"

Alois Irlmaier (1894-1959), puisatier et sourcier allemand (Bavière) doué d’un don de prophétie grâce auquel il travailla avec la police dans des affaires criminelles :

  • Pendant la Seconde Guerre mondiale, il sait les points d’impact de plusieurs bombes et localise des personnes disparues
  • Prédit la date de sa propre mort
  • Annonce une Troisième Guerre mondiale dont le nombre de victimes sera supérieur au total des deux précédentes.
  • Embrasement du proche-Orient et guerre navale en Méditerranée, assassinat d’un « prince » des Balkans, invasion de la Serbie par les Russes, invasion de l’Alaska et du Canada par la Chine
  • Destruction de Paris par une guerre civile
  • En Italie, massacre du clergé et exfiltration du pape
  • un raz-de-marée submerge l’Angleterre et le littoral française
  • « Trois jours de ténèbres » sur la terre mais victoire des américains grâce à des engins volants qui largueront en Europe une « poudre jaune » qui dissipera l’obscurité
  • Retour de la paix et de la foi ; un empereur bienfaisant régnera en Europe

Lors de discussions avec Alois Irlmaier, l'auteur allemand, Conrad Adlmaier répertoria de nombreuses déclarations prophétiques et les publia en 1950.

  • « Tous ne parlent que de paix, Schalom ! C’est alors que ça arrive. Une nouvelle guerre au Proche Orient s’enflamme subitement, de grandes flottes de guerre hostiles se font face en Méditerranée la situation est tendue.
  • Mais l’étincelle détonante sera jetée sur le baril de poudre dans les Balkans.
  • Je vois un « grand » tomber, un poignard sanglant est trouvé près de lui.
  • Puis tout se passe coup sur coup. De puissants corps d’armée marchent sur Belgrade venant de l’Est et poussent vers l’Italie.
  • Immédiatement après, trois armées blindées s’enfoncent comme des coins de manière foudroyante au nord du Danube et traversent l’Allemagne en direction du Rhin sans avertissement.
  • Tout se passe de manière si inattendue que la population fuit affolée vers l’Ouest.
  • Beaucoup d’autos engorgent les routes si seulement elles étaient restées à la maison ou avaient pris de petites routes !
  • Sur les autoroutes, les bouchons qui freinent la poussée des tanks sont balayés brutalement.
  • Au dessus de Ratisbonne je ne vois plus les ponts sur le Danube. Il ne reste presque plus rien du grand Francfort. La vallée du Rhin est dévastée, surtout par les airs. En un instant la vengeance vient par delà la grande eau.
  • Simultanément le dragon jaune (Russie) s‘abat sur l‘Alaska et le Canada. Pourtant il ne va pas loin. »
  • « Deux hommes assassinent un troisième haut placé. Ils ont été payés pour ça. Le premier meurtrier est un petit homme noir, l’autre est un peu plus grand avec les cheveux clairs. Je pense que ça se passe dans les Balkans, mais je ne peux pas le dire exactement. »
  • « Le troisième meurtre a eu lieu. Puis c’est la guerre. »
  • « La guerre commence au lever du soleil puis tout se passe très vite. »
  • « Je vois venir sur nous trois armées à l’assaut comme des coins: La chenille d’en bas vient de Bohème par la forêt. »
  • Le père Norbert Backmund (un prêtre ami du voyant) complète cette prophétie selon ce qu’Irlmaier lui a dit oralement :
  • « L’ennemi ne passe pas le Danube mais il bifurque vers le Nord Ouest. La ville de Landau sur l‘Isar souffre durement à cause d’une bombe qui l’a atteinte par erreur. »
  • « Le deuxième coin d’assaut pousse directement vers l’Ouest à travers la Saxe, le troisième du Nord-Ouest vers le Sud-ouest. Les Russes avancent jour et nuit. Leur objectif est la Ruhr, où se trouve les hauts fourneaux.
  • Après je vois la terre comme une boule sur laquelle des colombes blanches s’envolent devant moi en très grand nombre sortant du sable. Puis il pleut une poussière jaune en une ligne.
  • La ville dorée (Prague) est anéantie, ça commence là. Cela se prolonge comme une bande jaune qui remonte jusqu’à la ville dans la baie.
  • Quand ils commenceront l’épandage il fait nuit claire.
  • Les tanks continuent à avancer mais ceux qui seront pris deviennent tout noirs. Dans cette zone plus de vie, plus un arbre, plus un arbuste, plus une bête, plus une herbe vivante, tout est fané et noir.
  • Les maisons restent debout.
  • Ce que c’est, je ne sais pas et je ne peux pas le dire. C’est une longue bande jaune. Tout ce qui s’y trouve meurt.
  • Personne ne peut franchir cette bande sans mourir, ceux qui sont dedans ne peuvent pas en sortir et ceux qui sont à l’extérieur ne peuvent pas y entrer.
  • Alors les colonnes blindées russes sont brisées et doivent se replier vers le Nord en jetant tout leur chargement. Aucun ne reviendra. »
  • D’après la version rapportée par Arthur Hübscher, Irlmaier aurait encore dit:
  • « Cela va très vite. Du Danube à la côte règne la désolation. Deux colonnes de réfugiés parviennent encore à passer le fleuve. La troisième disparaît, encerclée par l’ennemi.
  • Alors apparaissent les colombes blanches et une pluie jaune tombe du ciel d’un coup.
  • C’est une longue bande qui va de la ville dorée (Prague) jusqu’à une baie de la grande eau. Dans cette bande tout est anéanti. Là où la bande s’arrête il y a une ville, elle est transformée en un tas de pierres. Le nom de cette ville je ne peux pas le dire. »
  • « Des essaims de pigeons sortent du sable. Deux hardes atteignent la zone des combats de l’Ouest vers le Sud-ouest. Les escadrilles virent au Nord et coupent la route de la troisième armée russe.
  • Le sol est couvert de chenilles. Mais à l’intérieur de ces véhicules chenillés tout est mort, même si les véhicules continuent d’avancer, avant de s’arrêter d’eux-mêmes petit à petit.
  • Même là les pilotes continuent à larguer leurs petites caisses, qui explosent avant de toucher le sol et répandent une fumée ou une poudre jaune ou verte.
  • Ce qui se trouve dessous est mort, que ce soit homme, animal ou plante. Pendant une année entière aucun être vivant ne peut plus poser le pied sur ce territoire sans se mettre en danger de mort.
  • L’assaut russe est battu définitivement sur le Rhin. Aucun soldat des trois armées assaillantes ne rentre chez lui.
  • « Ils larguent quelque chose sur le quartier-général, je vois une église sur une montagne, l’autel regarde vers le Nord.
  • Je vois cette église brûler.
  • La Bavière du Sud-ouest sera protégée, Notre Dame d’Altötting étend son manteau sur elle. De là personne ne s’en va.
  • Les gens de la ville vont à la campagne vers les paysans et prennent le bétail dans les écuries chez ceux qui ne sont pas paysans et n’ont pas assez de bras pour s’occuper des bêtes. »
  • « Je vois trois villes disparaître. L’une au Sud s’enfonce dans la boue, une autre au Nord sombre dans l’eau et la troisième est détruite aussi mais reste hors de l’eau.
  • La ville avec la tour de fer (Paris) est détruite, incendiée par ses propres habitants.
  • Dans le pays de la botte (Italie) une révolution éclate. Je crois que c’est une guerre de religion, parce qu’ils tuent beaucoup de religieux. Derrière le pape je vois un couteau sanglant.
  • Parmi ceux qui ne peuvent fuir il en restera très peu.
  • Le Pape se passera d’eux et s’enfuira déguisé par la mer. Il reviendra peu après, une fois que l’ordre sera rétabli.
  • Le pays alpin (Suisse) sera un peu impliqué, par le Nord et le Sud, mais à l’Est du pays tout est calme.
  • Les pays allant de la mer du Nord jusqu’en Belgique sont gravement mis en danger par l’eau. La mer est démontée, les vagues sont hautes comme des maisons, écumantes comme si cela cuisait.
  • Les îles près de la côte disparaissent et le climat se modifie.
  • Une partie de l’Angleterre disparaît engloutie quand la chose tombe dans la mer, lâchée par le pilote. Alors la mer se dresse comme une pièce solide avant de retomber.
  • Je ne sais pas ce que c’est.
  • Pendant la guerre, ou à la fin, je vois un signe dans le ciel : le Crucifié avec ses plaies et tous le verront. Je l’ai vu trois fois.
  • Cela se produira très certainement. »
  • « Brusquement les Russes doivent se retirer vers le Nord, à cause d’une catastrophe naturelle ou quelque chose de ce genre. »
  • « La dernière bataille prend feu près de Cologne. »
  • Du début de l’année 1959, Irlmaier prédit : « Un jour pendant la guerre tout devient sombre. Alors éclate une grêle avec des éclairs et le tonnerre et un tremblement de terre ébranle la terre. Alors ne sortez pas de la maison ! Les lumières s’éteignent sauf celles des chandelles (cierges consacrés) le courant électrique est coupé. Qui respire la poudre attrapera une crampe et meurt. Gardez les fenêtres fermées, colmatez les avec du papier noir. Toute l’eau courante est empoisonnée et tous les aliments qui ne sont pas dans des boîtes hermétiquement fermées. Même les aliments en bocaux ne peuvent pas être consommés, ces emballages ne tiennent pas. Ne buvez pas de lait. Achetez quelques boîtes de conserve de riz ou de légumineux. Le pain et la farine se conserve, l’humide moisit, comme la viande sauf si elle est dans une boîte de conserve en zinc. Dehors c’est la poussière mortelle. Il meurt beaucoup de gens. Les fleuves seront tellement à sec qu’on peut facilement les traverser. Le bétail périt, l’herbe jaunit et sèche. Les cadavres humains sont tout jaunes et noirs. Tout est passé après trois jours. Le vent chasse les nuages de mort vers l’Est. Mais je répète: ne sortez pas. Ne regardez pas par la fenêtre. Laissez brûler les cierges consacrés et priez. Ces jours il mourra plus de gens que dans les deux guerres mondiales. »
  • « En Russie éclate une révolution et une guerre civile. Il y a tant de cadavres qu’on ne peut plus les évacuer des rues.
  • La croix est à nouveau honorée. Le peuple russe croit à nouveau en Dieu.
  • Les gros du parti se suicident et leurs longues fautes sont lavées dans le sang. Je vois une masse rouge mêlée à des visages jaunes, c’est un soulèvement général et un meurtre atroce.
  • Puis ils chantent le chant de Pâques et brulent des cierges devant des icônes de la Vierge Marie. »
  • «  Les ténèbres de trois jours se rapproche. Je vois trois chiffres neuf. Je ne peux pas dire ce que ça signifie. Le troisième neuf apporte la paix. Ensuite la croix sera à nouveau honorée.
  • Quant tout est passé, plus de gens sont morts que dans les deux guerres mondiales réunies. Alors ce sera la paix et un bon temps. Les hommes craindront Dieu à nouveau.
  • Les lois qui mettent à mort les enfants seront invalidées après ce grand coup de balai. Je vois un vieillard maigre qui devient notre roi. Les prairies refleurissent quand le pape reviendra de l’exil.
  • Quand viendra l’automne les gens se rassemblent en paix. Tout d’abord il y a encore la famine, puis tant de vivres que chacun mange à sa faim.
  • Les gens sans terre peuvent aller où il y avait le désert et chacun peut s’établir où il le veut et avoir autant de terre qu’il pourra labourer.
  • Les gens sont peu nombreux et l’épicier se tient devant la porte et dit : « Achetez moi quelque chose sinon je suis foutu ».
  • On plante de la vigne chez nous tellement le climat a changé et des fruits méridionaux poussent chez nous et il fait beaucoup plus chaud que maintenant.
  • Après la grande catastrophe vient un long et heureux temps. Celui qui vivra alors, vivra bien et ne pourra que s’en trouver heureux. »
  • « Après la victoire un Empereur est couronné par le Pape. »
  • « Combien de temps cela dure? Je vois trois lignes. Je ne sais pas si ce sont trois jours trois semaines ou trois mois. »
  • « Quand tout est passé, une grande partie de la population n’est plus là … les disparus sont plus nombreux que ceux de la première et deuxième guerre mondiales. »
  • « Après ces événements vient une longue et heureuse époque : Celui qui la vivra s’en portera bien. Mais les gens devront tout reprendre là où nos arrières grands parents ont dû commencer. »

Position de l'Eglise : 

L'Eglise catholique n'a jamais pris de position officielle par rapport aux capacités d'Alois Irlmaier. Déjà célèbre de son vivant, visité par Konrad Adenauer et le Général américain Lucius Clay, ses prophéties continuent à susciter un grand intérêt auprès du public allemand, y compris du côté de cercles qui ne se définissent pas comme chrétiens. Il est atypique par rapport à la plupart des autres sources prophétiques sur ce site dans la mesure où la crédibilité de ses dons ne repose pas sur une évaluation des autorités ecclésiastiques mais plutôt sur la vérification, copieusement documentée, de ses capacités par des faits tels que son rôle déterminant dans de multiples enquêtes policières. Attaqué en justice dans les années 1940, accusé d'être un charlatan, la cour l'acquitte pleinement après la démonstration scientifiquement inexplicable de ses capacités de perception extrasensorielle. Son cas se trouvant donc à la frontière entre mysticisme et parapsychologie, certains commentateurs le considère comme un voyant "naturel", estimant que ses prophéties peuvent être interprétées sans avoir recours à une grille de lecture religieuse.

Pourtant, Alois Irlmaier était un catholique convaincu qui affirmait que ses visions avait commencé suite à une expérience mystique devant une image de la Vierge Marie sur une ferme en Autriche où il travaillait en 1928. Ses prophéties font référence aux apparitions mariales et ressemblent parfois - notamment en ce qui concerne celles des 3 jours de ténèbres ou l'apparition de la Croix dans le ciel - à celles de mystiques catholiques tels que Ste Faustine, Marie-Julie Jahenny, Elena Aiello, Anna-Maria Taïgi ou Elisabetta Canori Mora. Le livre de Conrad Adlmaier Blick in die Zukunft au sujet du voyant bavarois, vendu à plus de 100000 exemplaires selon l'estimation du chercheur Stephan Berndt, le situe clairement dans la tradition de la prophétie chrétienne.

Alois Irlmaier disait qu'il allait mourir en construisant une chapelle mariale, construction qu'il entama en 1959 avant de mourir la même année. Il était convaincu que, si la Troisième Guerre Mondiale qu'il avait prédite pour 1950 n'eut pas lieu, c'était grâce à la proclamation du Dogme de l'Assomption cette année-là et à l'intercession de la Mère de Dieu.

Plus d'informations: www.alois-irlmaier.de

http://www.prophezeiungsforum.de/irlmaier.htm

Conrad Adlmaier, Blick in die Zukunft , 3ème édition (élargie) (Traunstein : Chiemgau-Druck, 1961)