Luisa Piccarreta (1856-1947) : "la volonté de Dieu va s'accomplir"

Présentation

Luisa Piccarreta (italienne originaire de Corato dans les Pouilles, + 1947), surnommé « Fille de Marie », stigmatisée, voit la Vierge et reçoit des messages consignés dans un gros ouvrage intitulé Journal mystique, en 39 volumes.  :

  • l’urgence de la conversion devant la montrée du matérialisme et de l’athéisme
  • les dangers encourus par les peuples qui succomberaient à l’idéologie du communisme
  • Arrivée de grands bouleversements jusque dans le gouvernement de l’Église.      

Position de l’Église :

En 1930, 4 de ses volumes ont reçu le nihil obstat de Mgr Guseppe Maria Leo, archevêque de Trani. Mais le 13 juillet 1938, un décret du Saint-Office met les écrits de Luisa à l’Index. Luisa vit cet épisode dans une obéissance parfaite au magistère de l’Église. En 1963, l’archevêque de Trani, avec le soutien du Saint-Office, fait la translation du corps du corps incorrompu de Luisa du cimetière de Corato à l’église Santa Maria Greca. Le 4 mars 1987, Mgr Giuseppe Carata reconnaît officiellement l’association « Luisa la santa » dont le siège se situe à Corato. La cause de béatification de Luisa a été introduite le 20 novembre 1994.