Civitavecchia (1995) : "le diable attaque la famille"

Présentation

Pantano di Civitavecchia, petite commune italienne située à une cinquantaine de kilomètres de Rome, est le théâtre d’une lacrimation sanglante d’une statuette de la Vierge (43 cm de haut), ramenée de Medjugorje par le prêtre espagnol Pablo Martin. Cette lacrimation a lieu le 12 février 1995 puis se répète les jours suivants. La principale voyante est Jessica Gregori, âgée de 5 ans au moment de la première lacrimation, qui communique également près de 90 messages de la part de la Vierge lors d'apparitions entre 1995 et 1996, d'abord en les dictant à son père Fabio, puis en les transcrivant seule. Toute la famille est par ailleurs impliquée dans l'expérience mystique. Les messages ont pour thèmes principaux l'importance de la famille, fortement attaquée par les forces du mal, le besoin de prier devant le Saint-Sacrement, la confession, la récitation du Rosaire et la consécration au Cœur Immaculé de Marie. Jessica est également reçue en audience privée par Sr Lucia dos Santos au Carmel de Coimbra, la fillette ayant dit que la Vierge lui avait révélé le Troisième Secret de Fatima.

Extraits :

 

Le 19 mai 1995, Fabio Gregori entend une voix masculine qui lui avertit de la menace d'une guerre mondiale :

"Cher fils de prédilection, il ne faut pas avoir peur quand ton Seigneur Jésus te parle. […]

Mes chers frères et sœurs adorés, ne perdez pas cette occasion que Dieu notre Père est en train de vous offrir, parce que l’humanité est menacée par une grande tragédie qui s’approche. Il ne se rend pas compte qu’il est sur le point d’entrer dans une guerre mondiale qui peut être arrêtée.

Ce que je vous dis est un message que le Saint Père le Pape connaît déjà à travers une autre de mes filles. Arrêtez cette guerre ! Vous avez les armes les plus puissants qu’il faudrait utiliser : l’amour, la prière, l’humilité, le Rosaire et la vraie conversion de votre cœur envers Dieu, à travers notre Maman céleste qui vous serre dans ses bras, près de son Cœur Immaculé."

 

Le 25 août 1995, la Vierge se présente à Fabio et à sa fille Jessica avec la première d’une série de demandes de consécration à son Coeur Immaculé :

"Ma volonté est que vous tous vous consacriez à mon Coeur Immaculé afin de pouvoir vous conduire tous à Jésus, vous cultivant dans mon jardin céleste.

Je me présente à vous comme la Madone des Roses du Coeur Immaculé, Reine du Ciel, Mère des Familles, Celle qui apporte la Paix dans vos coeurs.

Convertissez-vous, mes doux enfants, car le temps est sur le point de se terminer."

Le 27 août, la Vierge révèle à Jessica le Troisième Secret de Fatima. Cette fois, le contexte du message est national - la Mère de Dieu se tourne vers les évêques. Une promesse est attachée à la demande de consécration.

"Chers enfants, après les douloureuses années des ténèbres de Satan, maintenant les années du triomphe de mon Coeur Immaculé sont imminentes.

Votre Nation est en grand danger.

A Rome les ténèbres sont en train de descendre de plus en plus sur le Rocher que mon fils Jésus vous a laissé pour édifier ses enfants, les éduquer et les faire grandir spirituellement. Evêques, votre tâche est de continuer à faire croître l'Eglise de Dieu, étant les héritiers de Dieu. Devenez un seul coeur plein de vraie foi et d'humilité avec mon fils Jean Paul II, le don le plus grand que mon Coeur Immaculé ait obtenu du Coeur de Jésus.

Consacrez-vous tous à moi, à mon Coeur Immaculé, et je protégerai votre Nation sous mon manteau plein de grâce."

Le 4 janvier 1996, la Vierge demande d’être formellement accueillie le 2 février (Fête de la Présentation du Seigneur) et répète la demande de consécration. Le 5 février, cette requête n’ayant pas été entendue par l’évêque, Jessica transmet des paroles de reproche, délicates mais fermes :

"Mon doux petit Evêque, vrai ministre du Christ et Bon Pasteur, tu as demande un signe et je te l’ai donné avec du vrai amour : tu as demandé avec vrai amour et humilité de connaître avec toute sagesse et intelligence spirituelle la volonté de Dieu que moi, ta Maman céleste, Madone des Roses, Reine des Familles, je t’ai révélée à travers ce petit ange de Dieu, Jessica, avec un cœur pur et sans péché. Mais tu n’as pas écouté, mon petit Evêque.

Je t’aime immensément même si tu m’as fait souffrir. Je t’en prie, aide ta Maman céleste, je te serre contre mon Cœur, sois enveloppé par mon manteau plein de grâce.

Accueille-moi officiellement dans ton diocèse, dans la Maison de mon fils Jésus, au lieu où je me suis présentée et où je suis en train de me présenter. Accueille-moi officiellement, fermement, avec un acte officiel public, écrit dans ton diocèse, écoute la foi et l’amour que tu as pour moi et pour Jésus, tout comme moi je l’ai fait quand l’Ange m’est apparu et m’a parlé."

Dans le message du 16 mai 1996, une dernière demande de consécration s’inscrit dans un contexte de menaces planant sur l’Eglise :

"[…] Le monde est en train de devenir de plus en plus prisonnier des ténèbres et du mal de Satan, sans épargner de nombreux serviteurs de l’Eglise.

Mes enfants, l’Eglise est entrée dans la période des grandes épreuves, et chez beaucoup de vous la foi deviendra instable. Et Satan est proche, en embuscade comme un lion pour vous prendre pour vous dévorer en vous faisant tomber dans ses tentations.

Doux enfants, laissez-vous aider. Je viens pour vous sauvez tous et pour vous remettre sur le chemin de mon fils Jésus. Mettez-vous sous ma protection maternelle, protégés sous mon manteau maintenant plein de grâces. Consacrez-vous à mon Cœur Immaculé pour que puisse triompher le plan divin du salut."

Position de l’Église :

Mgr Girolamo Grillo (1930-2016), évêque de Civitavecchia-Tarquinia, très sceptique au début jusqu'au point de vouloir détruire la statuette, finit par reconnaître le caractère surnaturel des évènements. Jessica Gregori lui transmet trois messages privés. Le Vatican donne des signaux contradictoires par rapport à Civitavecchia. Informé par Mgr Grillo, le Pape Jean-Paul II vient en pèlerin à Pantano pour vénérer la "Madonnina" et fait un Acte de Consécration à la Vierge de l'avenir de l'humanité le 8 octobre 2000, acte interprété par l'évêque de Civitavecchia comme la réponse à une requête explicite de Marie reçue par Jessica et qu'il avait transmise au Souverain Pontife. Benoît XVI, recontrant ce dernier le 30 mai 2005, dit que "La Madone fera de grandes choses à Civitavecchia". Le Cardinal Bertone avait par contre dit en 2004 à la télévision italienne qu'une commission du Saint-Siège présidée par le Cardinal Ruini n'avait pas accepté les lacrimations de la statuette comme étant d'origine surnaturelle. Aucune déclaration officielle n'a été publiée par cette commission (qui avait statué sur Civitavecchia avant la révélation des échanges entre Jean-Paul II et Mgr Grillo). L'évêque actuel, Mgr Luigi Marrucci, procède au couronnement solonnel de la Vierge des Larmes le 26 avril 2014.

Dans une lettre adressée en octobre 2000 au Pape et réproduite dans le livre du P. Ubodi, Mgr Girolamo Grillo explique que la statue de la Madonnina di Civitavecchia avait pleuré des larmes de sang dans ses propres mains et en présence de témoins à 8h15 le 15 mars 1995 (soulignant que ce n’était ni une vision ni une erreur), et le remercie pour l’Acte de Consécration (Atto di Affidamento) effectué par Jean-Paul II le 8 octobre, "accueillant ainsi en plus une proposition de ma part allant dans ce sens, présenté à Votre Sainteté suite à la lacrimation de sang de la Vierge."

"Face à cette lacrimation, survenue dans un contexte de prière pendant que nous récitions la Salve Regina, je me suis senti pécheur et j’ai tout de suite demandé à la Madone ma conversion, le raffermissement de ma foi, le pardon de mes péchés.

Ceci reste pour moi l’expérience d’une mystérieuse intervention divine effectué à travers la Mère de Dieu qui, avec "le langage secret des larmes » (Pie XII) attire l’attention sur le mysterium iniquitatis qui malheureusement agit dans le monde et exerce son influence néfaste dans la société civile, dans les familles, à l’école, dans les institutions et parfois dans la vie même de l’Eglise."

Ce document porte la signature du Pape à côté de celle de Mgr Grillo. En interprétant les événements de Civitavecchia et la réponse de l’Eglise aux demandes de Ciel exprimées par la famille Gregori à la lumière du message du 19 mai 1995 attribué à Jésus, il n’est pas illogique de voir une corrélation entre cette réponse positive et le fait que la troisième guerre mondiale n’a pas encore eu lieu.

Voir : Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un Signe dans le ciel…, Grasset, 1997, p. 14 ; Laurentin-Sbalchiero, Dictionnaire des apparitions, Fayard, 2007, p. 1077-1078 ; Flavio Ubodi, Civitavecchia. 25 anni con Maria, Segno, 2020.