Le châtiment et les 3 jours de ténèbres

Description

Les sources prophétiques sont très nombreuses à parler d'un châtiment apocalyptique de l'humanité par Dieu (d'abord annoncé au conditionnel, selon les prophètes contemporains ce châtiment semble être devenu de plus en plus inéluctable à cause de l'obstination de l'homme dans sa volonté de vivre sans Dieu...). Certains mystiques parlent en plus de Trois Jours de Ténèbres pendant lesquels les forces du Mal auront la permission divine de faire des ravages sur Terre avant d'être elles-mêmes balayées d'un monde ainsi purifié, et enchaînés dans l'Abîme. Souvent attribuée (très probablement à tort, comme nous le verrons) au Padre Pio, cette notion controversée a acquis dans l'imagination populaire le statut d'une légende, donnant même naissance en 2014 à un "énorme canular" (Le Parisien) dans un climat social encore influencé par la "prophétie Maya" de 2012... Pourtant, nous avons plusieurs textes de sources sérieuses parmi les mystiques des XIXe et XXe siècles qui mentionnent explicitement ces Trois Jours.

Références dans les Ecritures :

Si on pourrait rattacher la prophétie des Trois Jours de Ténèbres à l'obscurité au moment de la Crucifixion, ou bien au temps entre la Mort et la Résurrection du Christ, le texte le plus souvent cité par rapport aux Trois Jours d'obscurité concerne la neuvième des dix plaies d'Egypte. Cette obscurité est à la fois tangible et spirituelle (les "fils d'Israël" ayant la lumière divine...), un double aspect que nous retrouverons également dans les prophéties modernes :

"Le Seigneur dit à Moïse : "Étends la main vers le ciel. Qu’il y ait des ténèbres sur le pays d’Égypte, des ténèbres où l’on tâtonne." Moïse étendit la main vers le ciel et, pendant trois jours, il y eut d’épaisses ténèbres sur tout le pays d’Égypte. Les gens ne se voyaient plus l’un l’autre, et chacun resta sur place pendant trois jours. Mais il y avait de la lumière pour les fils d’Israël, là où ils habitaient." (Exode 10,21-23)

Références dans la Tradition : sources au XIXe siècle

Deux mystiques italiennes du début du XIXe siècle sont considérées comme étant à l'origine de la prophétie des Trois Jours de Ténèbres dans ses grandes lignes. Elisabetta Canori Mora (1774-1825) décrit sa vision d'un grand châtiment dans lequel Dieu laissera les démons opérer une purification du monde, le Petit Reste des fidèles ayant été mis en sécurité auparavant par St Pierre sous de mystérieuses "arbres" symboliques en forme de croix. 

"Le ciel prit un bleu foncé, dont la simple vue était terrifiante; un vent trouble avec son souffle impétueux se faisait sentir partout, avec un sifflement impétueux et sombre qui hurlait dans l'air tel un lion orgueilleux avec son rugissement féroce; son horrible écho retentit sur toute la terre.

La terreur et la peur rendaient tous les animaux extrêmement effrayés: le monde entier sera en révolte et les gens se tueront les uns les autres - ils s'entre-tueront sans pitié. Au temps de la bataille sanglante, la main vengeresse de Dieu sera sur ces malheureux, et avec sa toute-puissance il punira leur orgueil, leur témérité et leur hardiesse effrontée. Dieu se servira du pouvoir des ténèbres pour exterminer ces sectaires, hommes iniques et méchants qui prétendent abattre notre sainte Mère l'Eglise, l'arracher de ses racines profondes, l'extirper de ses fondations les plus profondes.

Ces indignes ont l'intention d'expulser Dieu de son plus auguste trône, par leur méchanceté perverse. Dieu se moquera d'eux et de leur méchanceté, et d'un seul geste de sa main droite tout-puissante, il punira ces hommes d'iniquité, permettant aux pouvoirs des ténèbres d'émerger de l'enfer, et ces grandes légions de démons iront à travers le monde. Tout en provoquant grande ruine, ils exécuteront les ordres de la justice divine, à laquelle ces mauvais esprits sont soumis, de sorte que, dans la mesure où Dieu le permettra - pas plus ni moins -, ils pourront nuire aux hommes et à leurs biens, à leurs familles, à leurs fermes , les villages, les villes, les maisons et les palais, et tout ce qui existe sur terre.

Dieu ordonnera impérieusement aux pouvoirs des ténèbres de détruire brutalement tous ces rebelles qui osent imprudemment l'offenser avec tant d'audace et de bravade. Dieu permettra que ces méchants soient punis par la cruauté des mauvais esprits, parce qu'ils se sont volontairement soumis au pouvoir du diable et ont conspiré pour nuire à la sainte Église catholique. Et pour que mon pauvre esprit comprenne parfaitement ce sens de la justice divine, on m'a montré l'horrible prison infernale. J'ai vu une caverne sombre et effrayante s'ouvrir des profondeurs sombres de la terre, pleine de feu, d'où j'ai vu de nombreux démons sortir, qui, prenant une apparence et une autre - certains comme des bêtes, d'autres des humains, viendront tous infester le monde et provoqueront des massacres et des ruines partout.

Mais [tout allait] bien pour les vrais et bons chrétiens, car ils bénéficieront du digne patronage des glorieux saints apôtres Saint-Pierre et Saint-Paul. Ces derniers veilleront sur leurs soins et leur garde, afin que ces mauvais esprits ne puissent nuire ni à leurs biens ni à leur personne; mais ces bons chrétiens seront préservés et mis à l'abri des ravages impitoyables que feront ces mauvais esprits." (Diario (Rome: Libreria Editrice Vaticana, 1996) 3.50.5, 6, 7)

C'est avec la Bienheureuse Anna-Maria Taïgi (1769-1837), une des mystiques les plus connues du XIXe siècle, que nous trouvons pour la première fois la notion que ce châtiment durerait 3 jours. Ici nous n'avons pas d'écrits de sa propre main, mais dans la documentation rendue publique de son procès de béatification on atteste que 

"Plusieurs jours de suite, elle vit tomber un brouillard extrêmement épais, et enfin tomber des débris de murs et de poutres comme si un grand édifice se fût écroulé." (Analecta Juris Pontificii, vol. iv (1863), p. 717)

Même si la durée de la punition divine n'est pas mentionnée, ses premiers biographes considèrent tous (sur l'autorité de son conseiller Mgr Raffaele Natali, sécretaire du Pape Pie VII) qu'Anna-Maria avait effectivement parlé de 3 jours et que ses révélations coïncidaient avec celles d'Elisabetta Canori Mora. Voici la version de la vision telle qu'on le trouve dans un livre publié en 1872 : 

"D'épaisses ténèbres envelopperont la terre pendant trois jours. Pestilentielles, horribles, peuplées de visions effroyables, ces ténèbres feront mourir surtout les ennemis hypocrites ou avoués de la sainte Eglise: à ce sujet Anna-Maria a laissé des conseils aux fidèles, et parmi ces conseils on remarque celui de se munir de cierges bénits parce que leur lumière seule luira dans l'obscurité. Une apparition céleste viendra rassurer les fidèles: saint Pierre et saint Paul se montreront sur les nuées, et tous les hommes verront, et la foi au surnaturel rentrera dans leur coeur. D'innombrables conversions d'hérétiques s'opéreront avec grande edification." Victor C. De Stenay, Derniers Avis Prophétiques précisant la solution de la crise actuelle, le règne de l’Antéchrist et la Fin du Monde (Paris : Victor Palmé, 1872), p. 119-120.

Quelques décennies plus tard, la prophétie des Trois Jours de Ténèbres apparaît dans sa forme la plus connue en Bretagne chez Marie-Julie Jahenny (1850-1941), la stigmatisée de Blain dont les extases suscitaient beaucoup d'intérêt non seulement chez les hommes d'Eglise (qui étaient et qui restent divisés à son égard) mais aussi chez les hommes de science tels que le Dr Antoine Imbert-Gourbeyre, auteur d'une étude massive de la stigmatisation écrite dans un but apologétique pour contrer les thèses des positivistes selon lesquels toute expérience religieuse pouvait être réduit à des questions d'auto-suggestion ou d'hystérie. Marie-Julie Jahenny reste une voyante controversée, principalement à cause de la récupération de ses révélations par des cercles "mystico-politiques", dont le célèbre Marquis de la Franquerie reste la figure emblématique. Ceci n'invalide pas pour autant l'expérience mystique de Marie-Julie elle-même, dont la réputation était telle que le Cardinal Pacelli le visita en 1937, deux ans avant de devenir le Pape Pie XII.

"Il y aura trois jours de ténèbres physiques. Pendant trois jours moins une nuit, il y aura une nuit continuelle. Les cierges de cire bénits pourront seuls donner de la lumière en cette terrible obscurité : un seul suffira pour les trois jours, mais dans les maisons des impies, ils ne donneront aucune clarté. Pendant ces trois jours et deux nuits, les démons apparaîtront sous les formes les plus hideuses. Vous entendrez dans l’air les blasphèmes les plus horribles. Les éclairs pénétreront dans vos demeures, mais n’y éteindront pas les cierges ; ni le vent, ni la tempête ne pourront les éteindre. Des nuages rouges comme le sang parcourront le ciel. Les fracas du tonnerre ébranleront la terre. Des éclairs sinistres sillonneront les nues, dans une saison où ils ne se produisent jamais. (En hiver, fin mars ?) La terre sera remuée jusque dans ces fondements. La mer soulèvera des vagues mugissantes qui se répandront sur le continent (Raz-de-marée). Le sang coulera avec tant d’abondance que la terre deviendra un vaste cimetière. Les cadavres des impies et ceux des justes joncheront le sol. La famine sera grande. Tout sera bouleversé et les trois quarts des hommes périront. La crise éclatera subitement. Les châtiments seront communs au monde entier et se succéderont sans interruption." (4 janvier 1884)

Source: http://www.marie-julie-jahenny.fr/les-propheties-pour-la-france.htm