Références chez les mystiques

Même en faisant abstraction du cas d'Ida Peerdeman et les apparitions d'Amsterdam, nous pouvons voir comment le thème de la co-rédemption mariale se présente chez beaucoup de mystiques modernes et contemporains.

  • Bienheureuse Concepción "Conchita" Cabrera de Armida (Mexique)
  • Berthe Petit (Belgique)
  • Luisa Piccarreta (Italie)
  • Père Dolindo Ruotolo (Italie)
  • Maria Valtorta (Italie)
  • Mgr Ottavio Michelini (Italie)
  • Dom Stefano Gobbi (Italie)
  • Luz Amparo Cuevas (Espagne)
  • Sr Marie-Nathalie (Hongrie)
  • Alicja Lenczewska (Pologne)
  • Agustín del Divino Corazón (Colombie)
  • Virginie (France)
  • Sulema (Salvador/Québec)
  • Gisella Cardia (Italie), chez qui la demande du Cinquième Dogme Marial est explicitement formulée.

Béatifiée en 2019, la mexicaine Bienheureuse Concepción "Conchita" Cabrera de Armida (1862-1937), auteure de 60 000(!) pages d'écrits spirituels, est sans doute la mystique chez qui nous trouvons les références les plus nombreuses et les plus explicites à Marie comme Co-Rédemptrice, en particulier dans les 66 volumes de son journal, Cuenta de Conciencia 

 

[Jésus] : "De ces très belles souffrances qui ont fait de moi un martyr avec les plus grandes peines issues de l'AMOUR pour Dieu et pour les hommes ... et humble avec les plus grandes humiliations, personne ne s'en rend compte [...] sauf Marie co-rédemptrice de l'humanité." (Cuenta de Conciencia (CC),  23.159, 22 juillet 1906)

"Dans les rapports de ma vie spirituelle avec les âmes, ma fille, ma Mère ne s’éloigne jamais de Moi ; c'est-à-dire que l'imitation de nos vies sur terre doit être simultanée. [...] Et tout comme j'étais le Rédempteur, elle était la co-rédemptrice, et les âmes qui l'aiment le plus et lui ressemblent le plus sont celles qui assument ma ressemblance avec la plus grande perfection." (CC 41.63)

"Tous mes calices [...], je les ai aussi mis dans le cœur de Marie, qui était la co-rédemptrice et comme l'écho de mon martyre. C'est pour cela qu'elle est la Reine de la douleur, car pas un seul de mes tourments intérieurs et extérieurs manquait de résonner dans son cœur de Mère." (CC 41.274, 16 juin 1917)

"En tant que co-rédemptrice, Marie a ressenti dans son âme la plus pure l'écho de toutes mes agonies, humiliations, blessures et supplices, le poids des péchés du monde qui ont fait saigner son cœur, et la douleur vibrante de l'abandon du ciel qui a acheté des grâces ... conquérant avec cette douleur une nouvelle couronne en tant que Mère Martyre." (CC 42. 281-283, juin 1919)

"Regarde, ma fille, ma Sainte Mère : même après ma mort, elle continuait à m'offrir et à s'offrir dans mon union au Père éternel pour le salut du monde, pour les pécheurs, pour l'Église naissante et pour tous les besoins de ses enfants. Marie n'est pas restée comme une plante morte, mais son âme, plus active que jamais, offrait son Sang, offrait ses mérites et toute ma vie sacrifiée, unissant ses douleurs aux miennes. Elle était co-rédemptrice et devait remplir sa mission de Mère sur la terre." (CC 43.132-133, 15 septembre 1921)

"Le sacrifice de l'autel n’est pas séparé du sacrifice maternel de Marie; unis, ils montent tous deux unis au ciel comme encens d'adoration au Père, expiant, demandant et obtenant des grâces. En raison de la maternité de Marie, mon sacrifice ne serait pas complet sans le cœur de ma Mère. Elle a achevé ma Passion, et elle continue de jouer son rôle de co-rédemptrice. L'Eglise avec ses prêtres et les fidèles doit continuer ma Passion sur la terre.(CC 58.118, 10 janvier 1932)

"Comment nous nous comprenions! Comment nos amours pour le Père se sont identifiées dans un même amour et nos volontés à la sienne dans une seule volonté! Et notre vie, en union avec saint Joseph, a été martyre et amour, amour et martyre! Au pied de la croix elle a vu la naissance de mon Eglise et accueilli en Saint Jean tous les prêtres à Ma place dans son Cœur, ainsi que l'humanité tout entière comme sa Mère. Et avec ses martyres de solitude, elle a acheté - en union avec mes mérites comme je te le disais - toutes les grâces pour ses nouveaux enfants qui venaient de naître dans son Cœur au Calvaire. Elle ne pouvait pas les abandonner et il fallait que, en les greffant dans son divin Fils, ils soient sauvés par ses douleurs, car voici le coût des grâces : le sang et la douleur. Il est clair que j'ai acheté toutes ces grâces par ma Passion et la Mort et avec la croix de toute ma vie humaine, mais elles devaient passer par le Cœur de ma Mère, le canal unique par lequel les grâces sont versées à l'humanité, mais surtout pour mes prêtres. Et pourquoi ? Parce qu'elle était la Co-rédemptrice, la première qui a continué ma passion sur terre, celle qui a fondé l'Église avec mes apôtres, la Protectrice et la Mère des prêtres, la reine de tous les saints." (CC 51.309-311, 8 avril 1928)

 

Au cours de la Messe de Minuit de Nöel 1909, la mystique belge Berthe Petit (1870-1943) a une vision des Cœurs unis de Jésus et Marie, transpercés par une épée. Jésus lui transmet un message : "Enseigne aux âmes à aimer le Cœur de ma Mère transpercé par la douleur qui a transpercé mon propre Cœur." En 1911 Jésus lui explique l'importance de l'invocation du Cœur Douloureux de Marie, "titre de justice", parlant de la Co-rédemption:

"Le Coeur de ma Mère a droit au titre de douloureux et Je veux le placer avant celui d'immaculé, parce qu'Elle l'a acquis Elle-même. L'Eglise a reconnu en ma Mère ce que Je fis moi-même en sa conception immaculée. Il faut maintenir vénérer son coeur douloureux, et je veux que ce soit compris comme le droit qu'a ma Mère à titre de justice : titre que lui ont valu son identification à toutes mes douleurs, ses souffrances, ses sacrifices, son immolation au Calvaire, acceptés dans une pleine correspondance à ma grâce et supportés pour le salut de l'humanité. C'est dans cette Co-rédemption que ma Mère fut surtout grande et c'est pourquoi je demande que l'invocation telle que Je l'ai dictée [Coeur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous] soit approuvée et répandue dans toute l'Eglise[...]"

Tertiaire franciscaine, stigmatisée, Berthe attire l'attention de plusieurs prélats, dont le Cardinal Mercier de Malines (qui indulgencie une de ses prières) : dans la foulée des révélations de la voyante, le Cardinal Bourne de Westminster fait quatre actes de consécration au Cœur Douloureux et Immaculée de Marie entre 1917 et 1919. En mai 1915, informé par le Cardinal Mercier des messages de Berthe, le Pape Benoit XV utilise l'expression "Coeur Douloureux et Immaculé de Marie" (Cuore addolorato ed immacolato di Maria) dans une lettre adressée à tous les évêques du monde.

Nous trouvons également plusieurs références à la Co-rédemption dans les écrits de Luisa Piccarreta (1865-1947) :

(Jésus) : "Quand elle me conçut, elle prit la fonction de Co-rédemptrice, et elle embrassa y participa avec Moi à toutes les douleurs, les satisfactions, les réparations, l'amour maternel envers tous ; de sorte qu'au cœur de ma Mère il y avait une fibre d'amour maternel pour chaque créature." (1 mai 1925)

(Marie) : "Tu cours et tu l'embrasses. Tu vois la Croix teintée de Sang. Alors, les Douleurs que Jésus a souffertes sur elle se renouvellent une à une dans ton Coeur. Tu ne peux plus contenir tant d'angoisse. Tu t'exclames désolée : "Ô Croix, pourquoi as-tu été si cruelle envers mon Fils ? Oh ! tu ne l'as épargné en rien ! Tu as été inflexible ! Tu ne m'as pas permis, à moi, sa Mère souffrante, de lui donner ne serait-ce qu'une gorgée d'eau quand il la demandait, alors qu'à sa Bouche desséchée on donna du fiel et du vinaigre ! Ah! je sentais fondre mon Coeur transpercé et j'aurais voulu apprêter pour ses Lèvres mon Coeur liquéfié pour le désaltérer! Ô Croix à la fois cruelle et sainte, tu as été sanctifiée et divinisée au contact de mon Fils ! Cette cruauté dont tu as fait usage envers lui, change-la en compassion pour les misérables mortels. En raison des Peines qu'il a souffertes sur toi, obtiens par ses Prières et ses Souffrances la force pour les âmes souffrantes. Qu'aucune d'entre elles ne se perde à cause des tribulations et des croix. Elles me coûtent trop, les âmes, elles me coûtent la Vie d'un Fils Divin. Et moi, comme Co-rédemptrice et Mère, je les lie à toi, ô Croix. Et c'est en te donnant des Baisers que je pars." (24 Heures de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ)

Le 6 novembre 1914, Jésus étend la notion de la co-rédemption à toute âme qui pratique ces mêmes Heures :

"Ma fille, sache qu'en faisant ces Heures, l'âme prend mes pensées et les fait siennes, mes réparations, prières, désirs, affections, mes fibres même les plus intimes, et les fait siennes, et s'élevant entre ciel et terre, elle fait mon propre office et comme co-rédemptrice elle dit avec moi : 'Ecce ego, mitte me [me voici, envoie-moi], je veux faire acte de réparation envers tout pour tous, te répondre pour tous et implorer le bien pour tous ". (Livre du Ciel, vol. 11, ch. 83)

Prêtre napolitain et tertiaire franciscain, Serviteur de Dieu Dolindo Ruotolo (1882-1970) utilise le terme "co-rédemptrice" à la fois dans ses oeuvres théologiques et dans ses écrits mystiques, comme dans ce développement poétique du Magnificat qu'il attribue à la Vierge elle-même :

"[...] En moi Dieu vainc par sa grâce, et me voici Immaculée, voici écrasé l'orgueil de l'homme qui voulait se faire semblable à Dieu ! En moi Dieu vainc par sa miséricorde, et me voici victime, me voici affligée, me voici co-rédemptrice du genre humain ! Mes douleurs font la force de cette victoire de la miséricorde, elles rétablissent de l'équilibre chez ceux qui doivent accueillir en eux les mérites infinis de Jésus-Christ; je recueille les misères humaines, comme une bonne mère, et je surmonte le péché obstiné au nom de Dieu ! [...]" [1]

Les Cahiers de Maria Valtorta abordent le même sujet en parlant de la souffrance de Marie au pied de la croix :

(Jésus) : "Cette heure d’immense douleur, dans la mer de douleurs que fut la vie de ma Mère, consacrée à la souffrance suprême et à la joie suprême de sa conception, était nécessaire pour compléter ce qui manquait à ma passion. [allusion à Colossiens 1:24] Marie est Co-Rédemptrice. Par conséquent, tout en elle étant inférieur seulement à Dieu, sa douleur aussi dut être telle qu’aucune douleur humaine ne pourra jamais l’égaler." (2 juillet 1943)

Cependant, il faudrait souligner ici que, comme on le verra dans d'autres sources, ces propos s'inscrivent dans une compréhension plus large de cette co-rédemption - le 5 septembre 1944, Jésus l'illustre par rapport à St Joseph :

"Joseph n'était pas au Golgotha ? Il vous semble qu'il ne soit pas parmi les corédempteurs ? En vérité, je vous dis qu'il en fut le premier et pour cela il est grand aux yeux de Dieu. Grand par le sacrifice, la patience, la constance, la foi. Quelle foi plus grande que la foi de celui qui a cru sans avoir vu les miracles du Messie ?" 

Le thème de la co-rédemption est repris dans les Confidences de Jésus à un prêtre de Mgr Ottavio Michelini reçues entre 1975 et 1979 (où nous trouvons par ailleurs une affirmation de l'authenticité des écrits de Maria Valtorta). Ici, si la Vierge Marie est présentée comme la co-rédemptrice par excellence, les prêtres sont aussi appelés co-rédempteurs :

(Jésus) : "Ecris, mon fils. Je t'ai déjà parlé de ma Mère comme co-rédemptrice. Elle l'était en effet à partir du moment où elle s'est consacrée à Dieu, s'offrant toute entière, sa pureté, sa volonté. Cette offrande est devenue toujours plus vivante, plus lumineuse, plus consciente. La Grâce a grandi en elle avec les années.

Elle est ensuite devenue officiellement co-rédemptrice au moment où elle a prononcé son "Fiat", provoquant en elle la conception virginale de Moi, la Parole de Dieu. Elle a intensifié son action en tant que co-rédemptrice chaque jour de sa vie, mettant son offrande initiale en pratique dans la réalité.

Co-rédemptrice dans ses sept douleurs, elle l'a été de manière sublime quand il m'a accompagné au Calvaire et quand, sous la croix, elle a renouvelé son "Fiat", acceptant de M'offrir et de s'offrir au Père en tant que victime pour la libération de l'humanité tombée sous les griffes de Satan. Elle est co-rédemptrice et continuera de l'être pour toujours.(20 novembre 1975)

Par la suite, c'est la Vierge qui explique que sa participation à l'oeuvre de rédemption était la Volonté de son Fils :

(Marie) : "Mon fils, avant de monter au paradis, m'a dit que je ne pouvais pas le suivre immédiatement vers la maison du père, mais que je devais rester sur terre pour être Mère de l'Église naissante et pour continuer à générer l'Église dans l'Amour. Avec Jésus, je l'ai générée dans la douleur atroce, sans limite. En tant que Mère et Co-rédemptrice, je devais générer son Corps Mystique dans l'Amour. Mon et votre Jésus, dans l'actualisation du Mystère du Salut, me voulait près de Lui. Lui, Fils de Dieu, mais aussi mon vrai fils selon la Chair, me voulait Co-rédemptrice et Mère de son Corps Mystique." (10 janvier 1976)

A la même époque, les locutions de Dom Stefano Gobbi parlent également de Marie co-rédemptrice :

"C’est ainsi que, offrant librement mon Fils au Père, Je suis devenue véritablement Co-rédemptrice. Que mes enfants m’offrent toutes leurs souffrances, toutes leurs incompréhensions, toutes leurs difficultés. C’est le plus beau, le plus grand cadeau qu’ils puissent me faire, parce qu’ainsi, ils me permettent de réaliser dans le temps – en ce temps ! – ma tâche de Mère et de Corédemptrice. Je sauverai beaucoup d’âmes rachetées par Jésus mais encore si éloignées de Lui, parce que mes fils, avec Moi, paieront pour elles […]." (message 44, 1 avril 1974)

"Secondez mon dessein, fils de prédilection et laissez vous former par votre maman. Ainsi, je peux vous associer de mieux en mieux à mon œuvre maternelle de Corédemption. Jésus est le seul rédempteur, parce que c’est Lui l’unique médiateur entre Dieu et les hommes. Toutefois, il a voulu associer à son œuvre rédemptrice tous ceux qu’il a Lui-même rachetés afin que resplendisse de façon plus intense et plus merveilleuse l’œuvre miséricordieuse de son amour.(Message 203, "L'oeuvre de co-rédemption", 13 juillet 1980)

Nous pouvons aussi constater plusieurs références à la co-rédemption chez Luz Amparo Cuevas, voyante des apparitions à l'Escorial près de Madrid :

(Jésus) : "En cette fin des temps, la prière et le sacrifice sont nécessaires : la jeunesse est corrompue par le péché, par le vice ; elle a une maladie qui n’a pas de remède : seule Marie Co-rédemptrice peut aider au salut des âmes en ces temps." (3 septembre 1988)

(Marie) : "Moi, Je fus victime en même temps que mon Fils car je fus Co-rédemptrice avec Lui du genre humain. Repentez-vous, faites pénitence et priez." (3 décembre 1988)

(Jésus) : […] "Je me suis manifesté en ce lieu, et J’ai fait en sorte que ma Mère s’y manifeste, comme Maîtresse [Maestra] et Co-rédemptrice, car là où se trouve le Fils, là est la Mère. Elle est Co-rédemptrice avec Moi et Moi Je suis le Rédempteur." (7 novembre 1992)

(Marie) : "Je suis la Mère de tous les hommes et Co-rédemptrice avec le Christ ; il a voulu que je participe à la Maternité divine et que Je l’allaite à mon sein. Il a voulu que je sois au pied de la Croix comme Co-rédemptrice du genre humain." (6 mai 1995)

Chez la religieuse hongroise Soeur Marie-Nathalie Kovacsics (1901-1992), dont les révélations dans La Reine Victorieuse du Monde ont reçu l'Imprimatur en 1999, le rôle de Marie Co-rédemptrice a également une dimension eschatologique liée à l'avènement de l'Ere de Paix :

(Jésus) : "Tout comme tu as participé à Mon oeuvre de salut comme Co-rédemptrice selon Ma volonté, je veux partager avec toi Mon pouvoir en tant que Roi. Je te confie alors l'oeuvre de secourir l'humanité pécheresse ; Tu peux le faire par ton pouvoir en tant que Reine. Il est nécessaire que je partage tout avec toi. Tu es la Co-rédemptrice de l'humanité. [...] Ma Mère Immaculée sera la Co-rédemptrice de l'Ere qui va venir."

La Vierge explique à Sr Marie-Nathalie le sens de son exhortation à participer aux souffrances du Christ en l'imitant, une participation voulue par Jésus lui-même :

(Marie) : "Cloué à la Croix, agonisant, baigné dans Son sang, quelle douleur, quel tourment, jusqu'à ce qu'il exclame: "Tout est accompli." Mon saint Fils, chers enfants, a accompli l'œuvre de la Rédemption. Son sacrifice de réparation était complet, mais à partir de là, Il vous a également laissé une petite participation, dans la mesure où Il choisit et appelle certaines âmes à offrir en union intime avec Lui, le sacrifice de leur vie. Il partage avec eux ses tourments, pour la gloire du Père et le bien des âmes, afin que pas une seul d'entre elles ne soit perdue [...] pour la gloire de Dieu et le salut des âmes. Mon Saint-Fils trouve sa joie en eux. [...] Une telle âme coopère ainsi efficacement à la conversion des pécheurs, pour le soulagement des patients et le salut des mourants, afin que les âmes puissent entrer dans la patrie du bonheur éternel. Une âme accomplit ainsi une véritable œuvre rédemptrice, en union avec mon Très Saint Fils.

C'est une telle invitation à participer à son oeuvre de rédemption que Jésus adresse à la mystique polonaise Alicja Lenczewska, dont le journal spirituel a reçu l'Imprimatur en 2015 :

"N’aie donc pas peur du Vendredi Saint, parce que tu sais que c’est le seuil du Dimanche de la Résurrection. Comme Marie, ne t’enfuis pas de sous la croix sur laquelle le monde est suspendu (où irais-tu ?), mais réfugie-toi dans ton coeur avec toute l’humanité, dans la prière et le Sacrifice – pour que, comme Marie, tu deviennes co-rédemptrice, et pour que, comme Madeleine, tu Me voies Ressuscité, tu entendes ma Voix, même si les autres sont plongés dans les ténèbres du désespoir. Aie confiance – Moi, J’ai vaincu le monde, et Je désire qu’il vive de la nouvelle vie de Ma Résurrection." (5 avril 1999)

En Colombie, la demande faite à Amsterdam est rappelée dans les écrits d'Agustín del Divino Corazón, Co-fondateur de la Congrégation des Serviteurs de Réparation aux Sacrés-Coeurs:

(Marie) : "[...] la coupe de mon Fils déborde. Il déborde, parce que beaucoup d'âmes ne veulent pas se convertir. Parce que beaucoup d'âmes doutent de sa présence réelle dans l'Eucharistie. Parce que de nombreuses âmes, appelées à la vocation céleste du sacerdoce, ont été infidèles à leur vocation, elles ont été séduites par les tromperies de Satan. La coupe déborde, parce que beaucoup de mères assassinent leurs enfants dans le ventre, parce que beaucoup de femmes tentent mes fils de prédilection [les prêtres] et les conduisent hors du chemin de Jésus. Sa coupe déborde, parce que beaucoup ne m'accepteront pas comme Marie Médiatrice de toutes les grâces et Co-rédemptrice. En venant à moi, vous venez à Jésus." (19 février 2008)

Parmi les mystiques actuels, nous pouvons citer cette vision de Virginie en France, soutenue par l'Evêque de Bayonne Mgr Marc Aillet : 

"Dans la prière profonde [...] je suis témoin de quelque chose d'inhabituel qui me surprend. La Sainte Vierge Marie, dans la même attitude qu'hier, devant la Croix, les mains ouvertes, offre les rayons lumineux sur le globe terrestre. Puis, je vois alors, la Sainte Couronne d'Epines descendre et se positionner en lévitation autour de la tête de la Mère du Rédempteur.[...] La Sainte Croix nous présente Marie Co-rédemptrice, Médiatrice de toutes Grâces et notre Avocate, car Elle est notre Mère à la Croix où Elle nous a enfantés dans la douleur acceptée." (15 septembre 2012, dans Les Secrets du Roi, vol. 2, p. 33)

Nous trouvons également des affirmations par rapport à la Co-rédemption dans les locutions reçues par Sulema (Je viens vous préparer à cet événement: l'Illumination des Consciences, 3 volumes) :

(Jésus) : "Vos souffrances, Je les ai vécues lorsque j'étais sur cette terre d'exil, J'ai tout enduré. Ma Mère était là, et Sa souffrance a été si grande qu'Elle est devenue la Co-rédemptrice, car Elle a embrassé sa Croix." (28 juin 2013)

(Jésus) : "Regardez ma Mère, elle est devenue Co-rédemptrice au pied de la Croix, Elle a tout offert, Elle a aimé et pardonné." (29 juin 2013)

A Trevignano Romano près de Rome, la Vierge se présente à la voyante Gisella Cardia en tant que "co-rédemptrice pour le salut de l'humanité", renouvelant la demande faite à Amsterdam. Encore une fois, elle invite tous les croyants à participer à cette co-rédemption :

"J'attends le dogme final, celui de la Co-rédemptrice, pour le salut d'humanité." (22 février 2020)

"Le malin est en train d'emporter tant d'âmes, profitant de ce moment de confusion, mais moi en tant que Co-rédemptrice de l'humanité, je vous ai portés au pied de la croix, et je vous demande de l'aide pour mes enfants bien-aimés : aidez-moi à porter tant d'âmes à Dieu de sorte que vous aussi puissiez être co-rédempteurs ensemble avec Moi et finalement victorieux avec Moi." (3 mars 2020)

[1] http://www.innamoratidellamadonna.it/forum/viewtopic.php?t=12697